Mes petites mamies.

Qui n’a jamais croisé de vielles jumelles restées vieilles filles, avec la même coloration un peu violette, la même tenue, la même démarche, bref tout ce que je ne souhaite pas aux twins mais lorsqu’ils se retrouvent tous les 2, c’est plus fort que moi je les appelle mes petites mamies.

La petite mamie attitude surgit lorsque l’un des 2 est angoissé, inquiet ou malade.
Mercredi matin, Basile m’explique au petit dej qu’il a fait un cauchemar, moi à 1000 lieues d’imaginer qu’un enfant de 4 ans sait ce qu’est un cauchemar, je lui demande s’il sait ce qu’est un cauchemar. A ce moment Féfé nous explique que ce sont des monstres trop rigolos qui te font gigoter dans ton lit, exactement ce que je pensais, à 4 ans  on ne sait pas ce qu’est un cauchemar. Mais là Baz prend sa petite voix et répond “Mais non, c’est quand tu te réveilles pendant la nuit, tu es allongé dans ton lit et tu as de la peur dans ton ventre”, oh my god, il sait ce qu’est un cauchemar !
C’est donc le cœur brisé que je l’ai confié à son twin pour une séance de petites mamies.

Féfé en fin psychologue, lui montre qu’il y a pire que d’être à des milliers de kilomètre de sa famille & amis et de suivre l’école en anglais, servir Prince Féfé !

Et aujourd’hui, look at my Baz dans sa petite procure à lui, la pleine forme !

4 comments

  1. Je crois qu’il va falloir que je vienne à Singapour car je me ferais bien une séance de petites mamies, moi aussi…

    1. Héhé premier commentaire de MadameBizardN°2, me voilà flattée.
      Venez quand vous voulez pour une Féféthérapie, on a un deuxième plateau ptitdejaulit !
      Je vous embrasse et nous vous attendons.

  2. On pense fort tous les jours à toi petit Basile !
    Je suis fan de ta petite procure 🙂
    Ta photo de Prince Féfé et son serviteur est exceptionnelle.
    Gros bisous les bouts de chou

    1. Je vois que ton cœur de Maman a été bouleversée mais rassure toi, une fois la chose dite, Baz n’a plus fait un cauchemar !
      Et pour clore cette envolée psy, Baz a aujourd’hui “écrit” à la fin de son carnet de vacances qu’il avait déménagé, le voilà donc en pleine remontée.

Leave a comment

Your email address will not be published.